Liste des associations

en 1 clic
Randonnées
L’Agenda
Prairie de la Bourgeoisie
Horaires Déchèteries
La Passerelle
Les Publications
Les numéros Utiles

Boucle 20

INFOS UTILES

Départ : Parking office de tourisme

Distance : 16.3 km

Difficulté :

Balisage : map-Boucle 20

map-Boucle 20

L’église Saint-Georges doit son nom à la légende du « Pas de Saint-Georges ». L’histoire, quant à elle, rapporte que l’église romane actuelle a été entièrement reconstruite vers la fin du XIIe siècle, à la place d’un édifice antérieur. La nef et le portail de l’église datent du début du XIIIe siècle, le clocher a été construit au XIVe siècle et les deux voûtes, dévastées par la guerre de Cent Ans, ont été refaites au XVe siècle. De nombreuses restaurations débutent à partir de 1971 et jusqu’en 2003. La dernière campagne de restauration s’est accompagnée d’une autre campagne à l’intérieur de l’église qui a permis la mise à jour de nombreuses peintures murales dont l’existence était restée insoupçonnée. Ces peintures réalisées à la détrempe (« à sec ») couvrent plusieurs siècles et laissent deviner la splendeur passée de l’édifice. Parmi ces décors, les plus remarquables sont les suivants :

– Un décor du XVIIIe siècle représentant une litre funéraire qui se trouve sur certains fûts de colonnes.

– Une scène du XVIe siècle peinte sur la voûte d’axe d’abside figurant le Christ du Jugement Dernier, surmonté d’anges, qui domine la Résurrection des Morts.

– Un décor omniprésent sur les murs, daté de 1488 et composé de faux appareils agrémentés de motifs décoratifs.

– Une série de scènes historiées et de décors du XIVe siècle conservés de façon fragmentaire.

– Le décor primitif de l’église, daté du XIIIe siècle et composé de faux appareils, de bandes décoratives ainsi que de fragments de sujets historiés.

Le Pigeonnier du Treuil construit en 1660 a été récemment restauré par la municipalité de Vivonne. Ce pigeonnier contient 1336 trous de boulins et pouvait abriter plus de 2600 oiseaux. Les pigeonniers étaient le symbole de la richesse et du rang social du propriétaire de la demeure à laquelle ils étaient sis.

L’église de Sais : A quelques pas du château se trouve le vieux village de Sais. Autrefois prospère, cette ancienne paroisse dépendait de Lusignan jusqu’en 1739. En surplomb du village et dominant la vallée de la Vonne et du Clain, se dresse l’ancienne église Notre-Dame de Sais mentionnée dans les archives dès 1097. Transformée en logements au XXe siècle, l’ancienne église dont la toiture a entièrement été restaurée est aujourd’hui désaffectée. Le Vieux Vivonne : en face de l’église Saint-Georges se déroulent les ruelles du quartier médiéval de Vivonne. D’étroites ouvertures percent les pittoresques maisons séparées par ruelles et venelles d’un autre âge. Le Château : Peu de documents subsistent sur cette imposante forteresse dont les ruines laissent deviner l’importance passée. Le premier propriétaire du château construit au XIe siècle, est un seigneur nommé Jousselin. De nombreux souterrains sont creusés sous le château, ils reliaient certainement le château des Lusignan, famille à laquelle le seigneur Jousselin était allié. A l’instar de la plupart des places fortes de la région, la forteresse de Vivonne a été ravagée par la guerre de Cent Ans au XIVe siècle et les guerres de religion du XVIe siècle.

LAISSEZ VOTRE AVIS !