en 1 clic
Randonnées
L’Agenda
Prairie de la Bourgeoisie
Horaires Déchèteries
La Passerelle
Les Publications
Les numéros Utiles

Chemins de traverse

Catherine Roberjot – Président de l’Office de Tourisme des Vallées du Clain (OTVdC)

Claire Boutet – Agent d’accueil et d’animation de l’OTVdC

Carole Jahan – Chargée de communication / tourisme à la CCVC

Ont vécu les chemins de traverse pour vous …. Lisez, regardez et surtout vivez cette aventure puis racontez-là nous sur notre page Facebook.

[Chemins de traverse]

La période actuelle nous oblige à regarder notre environnement autrement et à nous questionner davantage sur le sens de ce que l’on fait. Le rapport au temps, aux autres, à la nature tout est modifié.

Et si revenir à l’essentiel était une des clés de l’apaisement voire même du bonheur.

En écrivant les chemins de traverse, l’idée était de vivre une aventure, une expérience dans le cadre de notre emploi, parce qu’il est plus facile et plus pertinent de parler de ce que l’on connait.  Catherine, Claire et moi (Carole), nous avons souhaité vivre cette aventure en 3 volets !

Partant des 3 gares des Vallées du Clain (connexions importantes pour la mobilité) en point de départ des aventures !

Vous habitez les Vallées du Clain ? Alors prenez le temps, en famille, entre amis ou seul de vous perdre sur les chemins et de regarder autrement les bourgs que vous traversez quotidiennement, la campagne qui vous entoure…

Vous êtes du Département ? Avec une arrivée en TER, les Vallées du Clain deviennent une escapade le temps d’un week-end avec plein choses à découvrir ou redécouvrir.

Vous êtes touristes ? Un stop pour quelques jours s’impose ! Les chemins s’offrent à vous !

La saison 1 de notre série a démarré à la gare de Nouaillé-Maupertuis mardi 18 mai à 9h pétantes avec pour objectif d’atteindre Dienné avant 15h où les élus et la direction de Défi’Planet nous attendaient. Très enthousiastes de l’expérience à venir, dès la 1ère heure nous avons reçu quelques messages disant qu’il pleuvait averses tout autour. Mais pour nous pas de pluie… Un soleil timide mais présent. Premier stop à Nieuil-l’Espoir, pause pipi et collation. 6 kms dans les pattes, une motivation sans faille… On repart !

Direction Fleuré ! Le GPS et le topoguide en main, on emprunte des petites routes et des chemins supers. Un arbre à enjamber, une biche à contempler, des billots de bois qui sentent bon, des oiseaux à écouter… Et des histoires à raconter ! Notre corps est notre indicateur temps… Il nous faut l’écouter ! Quels besoins : manger, s’étirer un peu, s’arrêter, se motiver… ?

Deuxième stop à Fleuré, près d’une maison hantée (ça pimente l’aventure d’ajouter un peu de fantasme !) pour le pique-nique !  Ahhhhh, les deux tiers du chemin sont derrière nous ! Une demi-heure de pause et on repart sous un ciel plombé. Faute de voir des trains, des vaches viennent nous dire bonjour ! Et décidément tout n’est qu’histoire de train, c’est au tour d’un ragondin de prendre la pause sur la voie ferrée ! On le met en garde du danger et il se sauve dans un fossé. Les aboiements au loin nous avertissent de présences qui me mettent mal à l’aise et qui ravissent Catherine et Claire… Ah la peur des chiens ! Mais je dois avouer que ces deux-là sont plutôt sympas et drôles ! En bref, ces rencontres à 4 pattes nous font oublier que nous avons déjà 17 km dans les jambes et qu’il commence à pleuvoir… mais vraiment pleuvoir ! Il reste 2 kms, sous une pluie battante et le moral défaille. Vite, vite, encore un petit effort et le réconfort d’un nid douillet dans les arbres. 30 minutes d’avance (tout de même) pour notre arrivée à Défi’Planet où l’équipe nous accueille. On remet les idées en place pour une petite réunion de travail avec les élus… Il y sera question de mobilité, de slow tourisme et de tourisme vert. On découvre le site et on s’y repose. Une fois les ampoules des pieds de Claire percés, direction le lit pour recharger les batteries pour l’étape du retour.  La nuit fût délicieuse ! Nous avions laissé sur les chemins de traverses les insomnies de Catherine. Si vous les trouvez, ne les réveillez pas et laissez-les là où elles sont !

Jour 2, petit-déjeuner au son de la pluie sur la cabane… petites mines pour toutes les trois en pensant au retour à faire. Une fois dehors, c’est de l’histoire ancienne. Les sacs sur le dos, les pieds reposés, l’excitation du retour à vivre et nous voilà reparties ! Le ciel est tout de même bien gris et le vent a décidé d’être contre nous… Petit stop pour un changement de chaussures pour Claire.

Les pensées positives ont eu raison des nuages noirs… Le ciel se dégage, des belles trouées bleues nous donnent du cœur pour continuer. Sur la route, on croise les collègues en pleine collecte des déchets… P’tit coup de klaxon et chacun suit sa route !

A Vernon, moment de doute sur l’orientation, à croire que j’ai décidé de faire marcher les filles pour rien. Sans ce cafouillage, nous n’aurions pas rencontré ce Monsieur souriant sous son masque. « Vous êtes les filles qui marchent ! Je vous ai vues sur les réseaux…!! » Génial ! Motivation suffisante pour nous mettre sur le bon chemin… c’est reparti ! Face à nous le musée de l’auto… Promis les filles je vous y emmènerai !

L’heure du pique-nique ne sonnera pas à midi (et non l’église de Vernon ne sonne plus !). Petite pause en plein vent… Tout ne peut pas être parfait !

Hop, un pied devant l’autre, l’aventure continue… Sur votre droite le café ludique de la Baudo ! A l’entrée de Gizay, Marie qui tient le Tabernacle (traiteur africain) nous invite à remplir nos gourdes. La route continue jusqu’à la place de l’église où nous trouvons l’agent d’entretien de la commune et deux collègues de la CCVC.

Allez dernière ligne droite ! Le vent fait danser les herbes et les céréales. Les coquelicots, le pavot de Californie, le lin à grandes fleurs, les farouches… toutes ces fleurs me replongent en enfance. Souvenirs des vacances chez mamie !

Au-delà de l’aventure professionnelle, cette expérience a été pour nous 3 très riches émotionnellement. Il y a tant à apprendre le long des chemins, tant à voir ! Comme cette buse, haut dans le ciel, qui nous fait un ballet magnifique avant de disparaitre.

Impossible de passer sous silence les abords du centre d’enfouissement… Nos nez nous avaient alertées de quelque chose ! Le centre est là, qu’à cela ne tienne… Echanges intéressants sur nos consommations, sur notre vision de l’environnement et partages de bonnes pratiques pour produire moins de déchets ! On oublie cela rapidement en entrant dans un charmant chemin qui sera pour nous la dernière ligne droite. Et là, plus de son, que le bruit du vent et des chants d’oiseaux. Il reste 2 kms… Le plus long est fait. Mais ça devient difficile pour toutes les 3. Les sourires réapparaissent à la vue des bâtiments communautaires à la Villedieu-du-Clain. C’est l’heure des comptes : 38 km en 2 jours !!

Il ne s’agissait pas d’une prouesse sportive. Mais d’une vraie expérience humaine et une découverte du territoire pour 3 marcheuses du dimanche.

Nous ne sommes pas de vraies randonneuses, mais nous pouvons dire que des aventures à pied (ou en vélo, c’est chouette) sont possibles pour vous aussi ! Il y a tant à apprendre le long des Chemins de traverse.

Et vous, qu’allez-vous écrire ? Comment et pourquoi allez-vous marcher ?

Nous nous ferons un plaisir de vous accompagner sur vos Chemins de traverse ! Et vous conseiller sur les visites à faire, les endroits pour vous arrêter et pourquoi pas dormir !

La saison 2 nous fera partir de la gare d’Iteuil ! Ne ratez pas le départ 😉

 

 

Saison 2

Nouvelle gare, nouveau départ ! Avec Claire (cf saison 1, Claire travaille à l’Office de tourisme des Vallées du Clain) et moi-même (cf saison 1 bis, je suis Carole de la CCVC) nous nous sommes données rendez-vous à la gare d’Iteuil sous un beau soleil matinal printanier. Catherine (cf saison 1 ter) étant retenue par ses fonctions de Présidente d’Office de Tourisme, nous ne serons que 2 à prendre les chemins de traverse cette fois-ci.

Veste ou pas veste That is the question ? … Hop hop, on enjambe la voie ferrée – en toute sécurité ! – direction les vergers. Parfaitement alignés, l’esthétique graphique des pommiers prête déjà à quelques photos. Devant nous, un tracteur fauche l’herbe … ravissement olfactif !

Un peu plus loin un panneau sur la droite indique les Vergers de Chézeau ! D’un commun accord nous nous y rendons. Découverte des serres de fraisiers. Enormes et bien rouges, je vérifie si les fraises sont aussi bonnes que belles. Pari tenu !! Puis nous nous rendons à la boutique. Plants, fruits, légumes, vins, pâtes en vrac, noix et noisettes au kilo, bières, fromages …. Des produits locaux en veux-tu en voilà ! A peine 2 km et déjà une bonne adresse à retenir.

On reprend notre chemin. Arrivées au croisement à quelques centaines de mètres, la tentation est trop forte … le véritable appel du chemin de traverse. Face à nous, un petit panneau « sentier » écrit à la main à la peinture blanche nous appelle ! Go, on oublie le trajet prévu et on file …. Ce n’est pas cela la véritable aventure ?? Et là bonheur, on longe un petit cours d’eau sous les arbres. Ce sentier est adorable …. Un petit pont en pierre et deux choix s’offrent à nous. L’instinct nous indique la droite. A quelques centaines de mètres, on aperçoit une randonneuse. Après les politesses de rigueurs, Marie-Claude marcheuse matinale, nous indique un autre chemin pour rejoindre Roches-Prémarie-Andillé. Qu’à cela ne tienne, demi-tour. Elle nous explique marcher pour « rien », juste le plaisir d’aller prendre un café chez des amis à une petite dizaine de kilomètres. Y aller à pied, pour la santé, pour le plaisir de contempler la nature… Le chemin est magnifique ! Un bon quart d’heure à discuter toutes les trois puis un nouveau carrefour, nous quittons notre guide providentiel. La traversée d’un chemin au milieu de champs nous offre une vue dégagée. Un lièvre au loin pique un sprint !

Arrivées au-dessus du Clos des Roches, même s’il est encore un peu tôt, avec 7km dans les jambes, la pause pique-nique s’impose ! Loin du vent froid de la semaine passée, la pause s’étire un peu dans le temps c’est l’occasion de faire un premier bilan. Les marches se suivent mais ne se ressemblent pas … beaucoup plus de chemins que nos deux précédentes marches !

Arrivée au local de l’Arantelle, on croise le directeur, Jean-Luc Guillemet qui nous donne lui aussi quelques idées de chemins de traverse pour rejoindre le hameau d’Andillé ! Les escaliers qui mènent au parc offrent une diversité de rosiers qui suscite notre curiosité … on sent, on regarde, on photographie…

Un petit tour vers les lavoirs puis on quitte le bourg. Découverte d’un sentier qui longe la route aménagé par la commune et l’Arantelle. La flore qui orne les talus est juste hallucinante … nous apprendrons un peu plus tard que la centaine de chardons maries géants qui font frémir Claire appartiennent aux espèces végétales protégées.

Traversée d’Andillé, puis direction de Laverré sur la commune d’Aslonnes où je réserve une belle découverte à Claire !

Nous y sommes presque, il est 14 h, 13 km au compteur ! A l’entrée du hameau un poulailler. Mais ce qui retient notre attention c’est la multitude de plantes grasses le long d’un mur puis les coquelicots et enfin les nigelles de damas … des bleues, des blanches, des roses… L’ensemble dégage une douceur poétique touchante !

On poursuit notre route au milieu de jolies maisons en pierre jusqu’à l’arrivée aux Jardins du Prieuré ! Les nombreux labels qui ornent le portail en disent déjà bien long sur ce jardin remarquable. Jeanne la propriétaire, la jardinière, la conteuse d’histoire, la botaniste nous accueille !

Nous n’y ferons qu’un passage éclair d’une heure et demie 😉 ! L’heure n’est pas à la visite mais aux minutieux préparatifs pour les Rendez-vous aux jardins du premier week-end de juin. Christine et Alain sont venus de Montmorillon pour prêter mains fortes à Jeanne … Il est fort à parier qu’ils repartiront riches de connaissances en rosiers, vivaces, graminées, succulentes et des conseils précieux en bouturage, rempotage  …

Jeanne me propose de faire découvrir le jardin à Claire … je suis comme une gosse à qui on donne subitement des responsabilités de grands ! je n’ai que la mémoire de quelques anecdotes racontées par Jeanne … mais la découverte des ancolies, des clématites en fleurs, la vue de la monnaie du pape, les cœurs de marie, les nombreux rosiers … trop nombreux pour que l’on retienne leurs noms … toutes ces fleurs, ces arbres nous embarquent dans une dimension poétique et apaisante ! A en juger par les aquarelles de deux personnes sourdes et muettes qui figent ce tableau coloré sous l’œil bienveillant de leur accompagnatrice, il est certain que ce jardin possède mille et une vertus remarquables.

Chargées d’arrosoirs, nous rejoignons les jardiniers pour les saluer avant d’effectuer la dernière ligne droite jusqu’à la gare. Mais impossible de quitter Jeanne sans qu’elle nous fasse découvrir quelques variétés de fleurs plus surprenantes les unes que les autres pour notre plus grand plaisir ! Je vous invite à découvrir l’arum puant avec sa tige tachetée telle une peau de serpent … bientôt en fleur aux jardins du prieuré.

Une dernière photo de coquelicots énormes et nous laissons tout ce petit monde apprêter le jardin pour le week-end qui vient !

Nous repartons en essayant de retenir tous les noms de fleurs que nous avons entendu. Nous nous extasions de cette nouvelle pépite des Vallées du Clain.

Les 4 km restant se feront avec une certaine légèreté et l’impatience des deux parcours restant !

Une belle aventure, différente de celles de la semaine passée mais avec elle aussi son lot de petits bonheurs.
Décidément, prendre le temps de marcher, regarder, contempler est une source de richesse et d’épanouissement dont nous faisons l’expérience marche après marche.

 

Saison 3

17 degrés à 9h du matin, le soleil est déjà haut et bien présent.

Le temps de checker le matériel nécessaire pour la boucle du jour, un dernier au revoir à Catherine (cf saison 1 et 2) qui assure la permanence de l’Office de Tourisme et nous voilà partis ! Nous, c’est Claire et Carole pour ceux qui n’auraient pas suivi les deux premiers épisodes.

Aujourd’hui, mercredi 9 juin, départ de la gare de Vivonne. Ils sont nombreux les TER qui s’y arrêtent et qui en repartent – CQFD !

Chapeaux, crème solaire, gourdes bien remplies (prochaine boucle, il faudra en prendre 2 !), direction Marçay ! Le parcours nous fait passer devant l’école primaire. Encouragement des enfants qui ont, sans aucun doute, deviner le challenge qui nous attendait. Une portion de route confortable, puis on traverse un premier hameau super sympa ! Premier champ, pour le plus grand bonheur de Claire … des Veaux !! Une petite heure de marche pour prendre bien conscience de la chaleur écrasante qui va nous accompagner tout au long de la balade. Les chemins sont charmants, calmes, seuls les cris des oiseaux nous accompagnent. 5km de chemins sous-bois, quelques champs à traverser … quelle quiétude !

Après 6 kilomètres, première présence humaine avec l’écho de voix qui proviennent de la Ferme du Chant du Bois ! Présences lointaines mais réconfortantes … nous avons marché pendant 2 heures et n’avons croisé personne. Si si c’est vrai !

S’il n’avait pas fait si chaud, je me serai bien laissée tenter par l’achat de fromages de chèvres. Mais l’idée de le transformer en jus de fromage m’en a dissuadé !

Le chemin surplombe la basilique. Wahooo ! Franchement, le travail de restauration de cet édifice en impose ! Un habitant de Marçay qui balade son chien nous raconte brièvement l’histoire… comment la basilique avait été laissée à l’abandon et dans quel triste état elle était il n’y a pas encore si longtemps.

Nous n’aurons pas la chance de la visiter ce matin. Vous pourrez retrouver très prochainement toutes les infos pour découvrir le Parcours de Livre. Quelques photos des travées, de la façade … puis l’appel du ventre nous invite à reprendre le chemin vers les tables de pique-nique ! Des tables, un parcours santé … ce petit bois a été super bien aménagé ! Là encore, juste les chants des oiseaux.

Une bonne demi-heure de pause et on repart. A l’abris de la chaleur on repart motivées en ayant oublié le soleil de plomb.

Stop aux écuries de Souvole ! Anita fait une pause pendant son déjeuner pour nous parler des écuries et des activités qui y sont proposées. Des bonnes idées pour les enfants qui viendraient en vacances chez leurs grands-parents par exemple ! Les écuries sont labellisées Bien-être animal … et ça c’est classe !

Quelques caresses aux chevaux pour se donner du courage puis on reprend la route.

Et c’est à ce moment-là qu’on s’est dit que la suite allait être compliquée. Le derrière d’un renard aurait pu nous mettre du baume au cœur et nous donner un peu d’entrain … mais ce n’était pas suffisant.

J’arrêterai là mon récit sur le parcours !

Nous voulions vivre des aventures, des expériences, celle-ci en est une nouvelle : le soleil et la chaleur. Probablement parties un peu tard sur les chemins, une pause déjeuner trop courte, des réserves d’eau mal appréhendées … En bref, les quelques côtes deviennent un supplice, les portions de routes en plein soleil un calvaire ! Le plaisir de marcher s’estompe à chaque pas.

Sur les derniers kilomètres nous tirons les conclusions des alertes lancées par nos corps. A l’arrivée à l’OT on fait le point : 17 km tout de même, des températures qui avoisinent les 30 degrés, pas assez d’eau dans nos sacs …

Le sourire aux lèvres de nous être dépassées, on se quitte en se disant qu’il ne reste plus qu’une boucle et celle-ci on la fait en vélo ! Encore une aventure différente qui nous attend …

 

Et vous, qu’avez-vous découvert, sur les Vallées du Clain ? sur vous-même ?

Partagez vos aventures ….

 

Saison 4

L’aventure se poursuit sur un autre terrain de jeu ….

[Chemins de traverse – nouvelle saison]

Me revoilà sur les chemins et les routes. Le projet des chemins de traverse n’a pas été oublié, il était en maturation. Notre première expérimentation avait beaucoup plu, y compris en dehors des Vallées du Clain. Le territoire Sud Vienne Poitou m’avait fait part de son intérêt de tester l’expérimentation. Au niveau rando, c’est un secteur riche : plus de 1 300 km de sentiers, de quoi avoir le tournis ! En plus, l’équipe de l’Office de Tourisme Sud Vienne Poitou compte un chargé de mission rando !

Après quelques échanges avec Samuel – le directeur de l’OT et Henri – le pro de la rando, plusieurs circuits ont été envisagés. Alors, pour ceux qui ne le savent pas, moi – c’est Carole – chargée de mission aux Vallées du Clain. Pour faire le choix, ce n’est pas très compliqué … il suffit de voir où il est possible d’arriver à une heure raisonnable en venant en TER de Vivonne pour un départ en itinérance.

Circuit 1 : départ de Lathus-Saint-Rémy … Impossible ! 1er départ 14 :38 de Vivonne – arrivée à Lathus à 18 :27.

Circuit 2 : départ de Lussac-les-Châteaux, départ 7:18 de Vivonne – arrivée 9 :03. 45 min de correspondance à Poitiers, ce qui me laisse pleinement le temps de me réveiller.

Nous ne nous étions jamais rencontré avec Henri, juste quelques échanges téléphoniques pour bien caler la philosophie du projet.

Un thé, un peu de lecture et hop ! 2ème trajet en train direction le sud Vienne … Et là déjà le paysage change. De plus en plus vert et un peu plus vallonné. Le soleil sera de la partie !

Henri m’attend à la petite gare de Lussac, il a eu le temps de réviser notre itinéraire et m’explique que nous allons faire quelques petits détours histoires de ne pas louper les spots intéressants.

Partir sur les chemins de traverse avec un guide qui connait bien le terrain, les petites pépites et les histoires locales … ces deux jours promettent de jolies surprises, même en automne !

 

[Chemins de traverse – Jour 1]

Arrivée à Lussac-les-Châteaux … Facile de se trouver avec Henri sur le quai de gare, il n’y a pas foule. Présentations faites, allez hop ! On prend la route … (re) découverte de Lussac ! Plus de 15 ans sans y avoir mis les pieds. Henri propose de faire une petite boucle dans Lussac pour découvrir un petit hameau charmant à deux pas du centre bourg. Puis direction les piles du pont, vue de la Vienne à la lumière de l’automne. Poules d’eau et oies comme uniques spectatrices J.

Lussac derrière nous, direction Sillars. Bien que l’automne ne semble pas propice à la rando, il y a 1000 choses à contempler … champignons, palette de couleurs des feuillages, quelques animaux… Justement, parlons animaux ! Tant dis que les kilomètres défilaient à bonne allure, nous échangions sur les petites bêtes et notamment celle qui me colle la trouille : la tique ! J’écoute avec grand intérêt les conseils d’Henri pour les éviter … vêtements, répulsifs … ça marche ? Mais oui ! m’affirme-t-il en entrant dans un village d’une quinzaine d’habitations. Je lui confie que j’ai une peur bleue des tiques … mais cette peur n’est rien comparée à celle du malinois que j’aperçois du coin de l’œil sur notre gauche se baladant en liberté. AHhhhhhhhhhhhhhh ! Il traverse la place, droit vers nous ! on accélère le pas (accrochée au bras de mon guide, comme une tique !). En fait, il n’a que faire de deux randonneurs ouf !

La marche continue entre petites routes et chemins, le tout sur un terrain plat.

Nous arrivons à Sillars !  Découverte d’un bourg où il y a une belle dynamique : un jardin participatif super chou, un bar associatif avec une salle de concert La Forge d’Adrien – super bien refait … Sous le préau : un distributeur avec des casiers réfrigérés (pâté, œufs, fromages … on teste les chips !) et un distributeur de pain. Point de chute idéale, abrité, pour faire un pique-nique, mais ce ne sera pas pour nous ! On repart en longeant la voie ferrée, sur notre gauche, des baraquements d’un autre temps… ensuite, le SIMER.

La traversée de la départementale nous conduit sur un paysage différent, plus vallonné avec des pelouses calcaires et un dolmenE ! Pause déjeuner assis au milieu des pelouses calcaires – étendues grisâtres. Une petite pluie nous fait comprendre qu’il ne faut pas s’attarder.

Go ! Un bonjour aux ânes, au bélier …. Plus loin des moutons et des vaches. Les kilomètres déroulent sous nos pieds sur un terrain toujours aussi plat.

Il est 15h quand nous arrivons à Montmorillon – ville d’art et d’histoire !

A suivre ….

 

[Chemins de traverse … la route continue]

Près de 20 km dans les pattes à notre arrivée à Montmorillon, nous suivons Lahire, le parcours du Valet de Cœur … L’octogone, la chapelle Saint-Laurent, la tour de la Maison Dieu, puis on entre dans la cité de l’Ecrit pour gagner le centre-ville. La lumière de l’automne décline, il fait beau … la ville (sans flatterie aucune) est vraiment agréable ! Le patrimoine vaut vraiment le détour et une visite guidée… A la belle saison, c’est à prévoir.

16h Office de Tourisme ! Les collègues sont là pour nous accueillir chaleureusement. Un café chaud, découverte de la boutique super bien achalandée … des belles images XXL, le cadre est top ! Avec Henri, les pieds à l’air, nous faisons un débriefe de la journée que nous venons de passer. L’expérimentation des chemins de traverse n’est pas finie mais pour autant nous devons réfléchir à comment nous allons faire grandir cette expérience. Et les idées commencent à fuser … c’est un bon début et cela marquera également la fin de notre journée.

Cette bonne fatigue sera, j’en suis sûre, gage d’une bonne nuit ! Vœu exaucé ….

Retour à l’office de tourisme vers 8h15 pour rencontrer Samuel, le directeur de l’Office de Tourisme.

9h, retour devant l’hôtel où nous attend Rémy qui se présente modestement comme photographe amateur. C’est aussi un bon marcheur. Nous prenons la route – objectif Lathus-Saint-Rémy ! Même si le temps est menaçant, la marche est très agréable… beaucoup plus de chemins que la veille et un autre paysage qui défile à une allure un peu moins soutenue. Nous contemplons la nature ce qui nous amène à échanger sur le réchauffement climatique. Lors de notre marche précédente avec Henri nous avons pu voir des essences qui bourgeonnaient … Rémy en profite pour nous montrer des petites branches de chênes qui se détachent des branches principales …. Des dizaines de ces petites branches jonchent le sol. Il nous explique alors que le chêne a énormément souffert de la chaleur, son mécanisme de survie et de défense s’est activé … il a produit beaucoup de fruits – en atteste des chemins recouverts de glands, et ces petites branches qui ne sont pas cassées mais qui tombent au sol. Le chemin se poursuit vers la ferme de Juillé, pas de visite de l’écomusée cette fois-ci mais à refaire rapidement. Et comme Henri organise formidablement les rando, la pluie, ou plutôt l’averse, dégringole pile au moment où nous faisons le tour de la ferme. La grange nous sert de refuge !

Direction Saulgé ! Après avoir contemplés des moutons à jolies frimousses (oui, c’est vrai !), petite pause devant les chevaux et les poneys d’une ferme équestre en arrivant dans le bourg de Saulgé. E là de nombreuses photos sont affichées, preuve que le club photo (qui a fêté ses 40 ans) est toujours très actif.

On reprend la route … les discussions nous embarquent dans les fabuleux voyages à travers le monde de Rémy et d’Henri. Nous passons devant une pépite : Le Jardin Forestier des Vallée ! Site dédié à la plantation d’arbres et d’arbustes avec pour objectif d’être auto-suffisant : récupérateurs d’eau (en veux-tu, en voilà !), panneaux photovoltaïques, toilettes sèches, système de filtration de l’eau, broyat …. Et que sais-je encore ! Volant quelques clichés, un jardinier nous fait signe d’entrée. Patrick nous présente la ferme de presque deux hectares qu’ils partagent avec 5 autres personnes et nous raconte son histoire … celle d’un parisien qui rêve de grand air. C’est à Saulgé qu’il viendra s’installer et qu’il se lancera dans une nouvelle vie de jardinier avec les précieux conseils en mémoire de sa grand’mère. Nous l’écoutons avec grande attention pendant que des aigrettes dansent au-dessus de nos têtes. Il y aurait 1000 choses à raconter de cette échange d’une petite heure … Mais il nous faut reprendre la route ! Comme pour marquer les regrets de partir si vite, la pluie se met de nouveau à tomber. Allez, en haut de la côte c’est plat, me rassure Henri J .

Pause déjeuner : là encore, notre guide assure … des poteaux en béton dans un chemin nous permettons de manger, assis, les fesses au sec !! Le ventre plein, les nuages chassés par le vent, la marche reprend. On passe un petit hameau où se trouve les moutons de Champagne (jeu de mots tiré par les cheveux !). Le chemin nous fait passer devant le charmant château d’Ouzilly …

La fatigue se fait sentir et nous sommes ravis d’arriver à Lathus-Saint-Rémy. Joie ! la boulangerie est ouverte et propose des boissons chaudes … nous avons une petite heure avant l’arrivée du train.

Au chaud, pâtisserie et boissons chaudes pour faire le bilan de la journée. Rémy a découvert des chemins a quelques kilomètres de chez lui qu’il ne connaissait pas … plus de 300 photos au compteur ! C’est promis, j’en ferai un album …

Pour ma part, même si mes jambes n’en peuvent plus, je sens comme une certaine ivresse de tout ce grand air. Cette nouvelle expérience me donne des idées de plus en plus précises de ce que nous pourrions faire des Chemins de traverse …. Cela fera l’objet d’un prochain récit.

Nous nous retrouverons au printemps de nouveau en Vallées du Clain avec Henri et peut-être d’autres personnes du Sud-Vienne pour une nouvelle aventure ……

Lathus-Saint-Rémy – 2 minutes d’arrêt ! le train arrive … nous nous quittons à Montmorillon. Je continue en direction de Poitiers, puis TER pour Vivonne.

En attendant les prochaines expériences, n’hésitez pas à nous faire part de ce que tout cela vous inspire !

Seriez-vous prêts à partir sur les chemins de traverse ?